dr. Ricardo Orozco
Willow : quand ç'est toujours la faute des autres

Être une "victime" du destin pervers, ou de "l'ennemi", a une série d'avantages douteux : cela nous permet de justifier notre frustration et notre échec. Cela nous libère aussi de toute responsabilité passée, présente et aussi future.



Ce qui m’étonnera toujours, c'est la facilité avec laquelle les gens trouvent la raison de leur insatisfaction à l’extérieur. Pour moi c'est une simplification, assez souvent guidée par une intelligence émotionnelle faible.

Cela n'échappe à personne que l'on vit dans une société globalement injuste et inégale. Mais malgré cela, on ne peut pas inculper le monde extérieur de tout ce qui nous arrive. Et cet extérieur est composé d'une large sélection de fautifs qui, du plus grand au plus petit, sont : Dieu, la société, l'État, les politiciens, les parents, les partenaires, la ville ou le village où on habite, les frères et sœurs, les enfants, les minorités, mes majorités, les drapeaux...Ou comme disait le père d'une cliente : "C'est la faute à tous"

Être une "victime" du destin pervers, ou de "l'ennemi", a une série d'avantages douteux : cela nous permet de justifier notre frustration et notre échec. Cela nous libère aussi de toute responsabilité passée, présente et aussi future. En plus cela nous permet de décharger sur les "méchants" toute la rage qui nait dans notre esprit et notre cœur d'enfant blessé. Peu importe si pour cela nous devons fabriquer une histoire pleine d'injures et griefs. Et peu importe aussi que nous vivions cela seul ou avec d'autres personnes pour le transformer dans une cause collective, c'est pareil.

Il s'agit d'une série de mécanismes de défense de la personnalité. ?? Entre autres la rationalisation, qui consiste à porter la douleur émotionnelle que nous ne savons pas gérer à l'esprit et l'expliquer de là. ??La généralisation consiste à grouper les individus du même genre, de la même profession, etc. pour se protéger d'eux : "tous les hommes", "tous les politiciens" etc. Avec la projection, nous voyons et signalons chez autrui ce qui nous dérange chez nous. Il y en a certainement d'autres...

En effet je pense tout le temps à Willow, une essence fantastique qui a été préparée pour traiter ce qui est décrit ci dessus, pour arrêter de culpabiliser les autres de notre faible intelligence émotionnelle, de ne pas trouver un sens profond à nos vies... Ceci n'arriverait pas si nous avions le Wild Oat positif, car nous pourrions construire des moments meilleurs et devenir un jour nous-mêmes.



Dr. Ricardo Orozco. Flores de Bach
Être une "victime" du destin pervers, ou de "l'ennemi", a une série d'avantages douteux : cela nous permet de justifier notre frustration et notre échec. Cela nous libère aussi de toute responsabilité passée, présente et aussi future.
Willow. (fleurs de bach)
Temática: willow, biología, culpa, actuan, terapeuta, flores de bach, ricardo orozco | |

Utilizamos cookies propias y de terceros para realizar análisis de uso y de medición de nuestra web para mejorar nuestros servicios. Si continua navegando, consideramos que acepta su uso. Puede cambiar la configuración u obtener más información aquí.